Actualité n°14: Lisez le Résumé du Rapport Post-Event du Brussels2030 Summer Assembly

La Brussels2030 Summer Assembly est un pilier essentiel dans la préparation de la candidature de Bruxelles au titre de Capitale européenne de la culture. La première édition a eu lieu à la Tour à Plomb du lundi 4 juillet au vendredi 8 juillet 2022. C’était une semaine au programme dynamique avec des discours, des labs de créations collaboratives, des bar talks, des visites de sites, des balades, des projections de films et des performances artistiques. L’objectif était de discuter des dynamiques qui façonnent Bruxelles aujourd’hui, des pratiques culturelles de demain et de l’héritage des précédentes Capitales européennes de la Culture. L’ambition était également de tester les ambitions initiales et les potentiels ingrédients de la candidature face à une diversité d’expériences et d’attentes.

Ce rapport résume les conclusions et questions principales qui ont émergé au cours de l’événement. Elles feront l’objet d’un suivi plus approfondi dans les mois à venir.

L’événement d’une semaine a été préparé sur la base des directives et des objectifs suivants :

PRINCIPES DIRECTEURS

  • des activités, des publics et des lieux divers
  • multilingue  – inspirant – connectant – activant 
  • pas un événement unique mais un point de départ
  • pollinisation croisée entre la science et les arts

RÉSULTATS ESCOMPTÉS

  • créer un effet de levier pour et une réflexion autour de Brussels2030 
  • récolter l’inspiration concernant les thèmes clés, les acteur·trice·s, les activités, les lieux
  • mobiliser les quartiers, les organisations, les habitant·e·s, les communautés
  • lancer et renforcer les initiatives de création collaboratives

Plus de 800 personnes ont participé à la Summer Assembly. Plusieurs acteur·trice·s ont été mobilisé·e·s : Bruxellois·es, praticien·ne·s de la culture, universitaires, décisionnaires politiques, artistes, créateur·rice·s et représentant·e·s de la société civile. Ensemble, ils et elles ont créé un espace ouvert, favorisant des rencontres et des dialogues inspirants autour de sujets qui nous concernent tous : la durabilité, les nouvelles formes de démocratie, les transitions urbaines, la solidarité et l’inclusion. Sur la base de ces échanges, les participant·e·s de la Summer Assembly ont imaginé des scénarios pour préparer des futurs urbains désirables et faire de Bruxelles la Capitale européenne de la Culture en 2030.

La Brussels2030 Summer Assembly a été organisée par Brussels2030, Vrije Universiteit Brussel, Université libre de Bruxelles, Brussels University Alliance, Réseau des Arts Bruxelles-Brussels Kunsten Overleg, OpenLab.brussels, Brussels Studies Institute, Brussels Academy, VUB Crosstalks et weKONEKT.brussels.

CONTEXTE

La candidature de Bruxelles au titre de Capitale européenne de la Culture est conceptualisée comme un véritable projet urbain. L’ambition est non seulement de devenir Capitale européenne de la Culture en 2030, mais de rester capitale culturelle de l’Europe même après l’année du titre. Le projet vise à exprimer la créativité qui caractérise une ville en évolution permanente. Après une décennie de revers et de crises, on peut considérer qu’il s’agit de l’occasion rêvée pour augementer le renouvellement urbain. La mission de Brussels2030 est donc aussi d’impliquer une diversité de forces culturelles dans les transitions qui façonnent déjà Bruxelles aujourd’hui et celles qui sont nécessaires pour œuvrer à un lendemain plus désirable. Le principe directeur est de mobiliser tous les secteurs et d’inviter tous les acteur·trice·s intéressé·e·s à travailler ensemble sur des projets transversaux. Chaque été nous offre l’opportunité de montrer l’évolution du projet. L’été 2022 a été un terrain d’expérimentation festif et réfléchi, avec la toute première Summer Assembly comme amorce pour ouvrir la conversation et la mobilisation autour du projet au grand public.

PILIERS THÉMATIQUES

Le développement d’un programme attractif pour 2030 s’appuiera sur un imaginaire urbain collectif, racontant l’histoire de Bruxelles en tant que ville cosmopolite à travers différentes langues, communautés, religions et nationalités. Une histoire sur ce qui nous unit plutôt que sur ce qui nous sépare : un nouveau nous. Quelles pratiques, quels récits et quelles initiatives peuvent inspirer une telle vision et un tel imaginaire collectifs ?

Une imagination partagée devrait se refléter dans le paysage urbain, sa géographie sociale et la collection d’espaces urbains. Le plan de développement régional lie l’aménagement du territoire à des transitions écologiques et socio-économiques hautement nécessaires. Les pratiques artistiques et culturelles ont un rôle à jouer dans ces processus. Comment les ancrer à travers le développement des “espaces du futur” ? Comment pouvons-nous façonner ces espaces ensemble, en nous appuyant sur les infrastructures, les besoins et l’expertise existants ?

Brussels2030 se veut un véritable projet urbain, reflétant un mode de vie qui embrasse pleinement la diversité de Bruxelles. Ce projet à l’attention d’impliquer l’ensemble de la population, en particulier les jeunes. Comment pouvons-nous coproduire le projet Brussels2030, en assurant un soutien mais aussi des résultats bénéfiques pour la population bruxelloise ? Comment pouvons-nous partager l’appropriation et la responsabilité ? Le troisième pilier thématique aborde la question de la participation, de la co-construction et de la cocréation d’un projet culturel qui entend avoir un impact positif sur les habitant·e·s et l’environnement de Bruxelles.

La Brussels2030 Summer Assembly a été organisée pour discuter de ces questions. Chaque jour, un sujet clé a été exploré à travers des discours, des panels de discussion, des labs de création collaborative, des promenades et des performances :

Une première question qui a été soulevée pendant la Summer Assembly est de savoir comment Bruxelles pourrait se distinguer des autres villes candidates au titre de Capitale européenne de la Culture. Qu’est-ce qui rend Bruxelles différente ? Qu’est-ce qui rend cette ville unique, une référence inspirante ? Mais aussi vice versa : comment un projet à vocation européenne devrait-il exprimer et capitaliser sur ces atouts et défis propre à Bruxelles… avant, pendant et après l’année du titre ? Pourquoi devrions-nous nous se démener pour faire de Bruxelles la capitale européenne de la culture ? Avec quelles ambitions et quels motifs ? Sur la base de quels piliers et de quelles réalisations ? Pourquoi maintenant ? Qu’est-ce qui doit être réalisé ? Qu’est-ce qu’il faut éviter ? Y a-t-il des inconvénients ?

CONFÉRENCIER·IÈRE·S

Benjamin Wayens (EBxl), Annabelle Van Nieuwenhuyse (Cinemaximiliaan), Kristiaan Borret (bouwmeester maître architect) et Aline Fares (activist / author)

LABS, DISCOURS ET PROMENADES

  • LA FACE B DE BRUXELLES – Promenade guidée par Julia Mendes Rocha et Francesca Gualino (OSMOS Network)
  • LA VRAIE NATURE DE BRUXELLES – Conférence Gesticulée de Gosie Vervloessem
  • L’HYPERDIVERSITE DE BRUXELLES – Conférence de Hans Vandecandelaere
  • J’HABITE, TU HABITES, ILS SPÉCULENT – Conférence Gesticulée de Sarah De Laet
  • PROMENADE DES MINORITÉS – Promenade guidée par et atelier d’Omar Fassi Fehri (ULB)
  • LA VIOLENCE DOIT ÊTRE DÉMONTRÉE – Projection de film et jeu de rôle de Wouter De Raeve (431 vzw)
  • MARTIAL ARTS LIVING LAB – Living Lab présenté par Hebe Schaillée (VUB)
  • BRUXELLES NOUS APPARTIENT – Living Lab présenté par Séverine Janssen (BBOT-BNA)
  • SOLIDARY MOBILE HOUSING LAB – Living Lab présenté par Aurélie De Smet (KUL)

CONCLUSIONS ET QUESTIONS À APPROFONDIR

  • Brussels2030 ne doit pas se ranger dans le cadre de projets prestigieux de marketing urbain, car on pourrait s’attendre à ce que la célébration parallèle des 200 ans de la Belgique joue ce rôle. Brussels2030 sera-t-elle capable de proposer une approche véritablement alternative ?
  • Comment les effets secondaires indésirables seront-ils atténués ? Que peut-on faire et que fera-t-on pour prévenir les situations problématiques (environnementales, financières, infrastructurelles) à court, moyen et long terme ? Est-ce que Brussels2030 tiendra également compte des spécificités naturelles, des atouts et des vulnérabilités de Bruxelles ?
  • Il est nécessaire de bien documenter le processus initié par les ambitions et les activités de Brussels2030 afin de garder une trace de leur impact à plusieurs niveaux et échelles. Quels outils et indicateurs seront utilisés à cet égard ? Comment les données et observations collectées seront-elles partagées, discutées et utilisées pour remédier au processus ?
  • Il est important d’être transparent sur les sources de financement, les mécanismes et la gouvernance financière. Garantir le droit à l’information est essentiel pour une mise en œuvre réussie du projet et de ses processus préparatoires. Quels outils et méthodes seront utilisés pour cela ?
  • Le soutien politique devra être demandé à plusieurs niveaux : communal, régional et national. Cela implique des tensions et la nécessité de faire des choix délibérés : Est-ce que Brussels2030 vise l’inclusion ou le prestige, la durabilité ou la commercialisation, l’enracinement ou l’attractivité ?
  • Pour Brussels2030, il est essentiel d’être ouvert et d’embrasser la diversité. Incluez des personnes et des organisations qui ne sont pas considérées comme rentables. Tendez-leur la main dès le départ. Comment les habitant·e·s pourront-ils/elles s’exprimer ? Quelle place est faite aux groupes minoritaires ? Comment impliquer et donner un rôle aux groupes sous-représentés ?
  • Afin de garantir l’appropriation et l’accessibilité, le projet Brussels2030 devra, dans une certaine mesure, être un projet ouvert. Permettra-t-il l’auto-organisation et l’improvisation ? Quels éléments resteront indécis et ouverts aux initiatives spontanées ?

Une deuxième série d’activités a porté sur le rôle de l’art et de la culture dans les processus de renouvellement urbain. Comment les pratiques artistiques et socioculturelles peuvent-elles servir de levier à la fabrication de la ville ? Comment forgent-elles des espaces qui nous aident à préparer un Bruxelles plus inclusif, démocratique, juste et durable ? Comment les organisations culturelles s’adaptent-elles à la réalité bruxelloise ? Comment pouvons-nous faire passer la culture au-delà des marges et, en nous appuyant sur ses divers modes d’expression et d’organisation, la développer pour réimaginer de nouveaux modes de rencontre ? Qu’est-ce qui définit véritablement la culture urbaine et comment pourrait-elle être mobilisée pour définir la capitale culturelle de l’Europe ? Comment préparer un événement inclusif ancré dans les droits culturels ?

CONFÉRENCIER·IÈRE·S

Tom Bonte (Ancienne Belgique), Cathy Min Jung (Le Rideau), Melat Gebeyaw Nigussie (Beursschouwburg), Arne Huysmans (Volta), Kasia Redzsisz (KANAL)

LABS, DISCOURS ET PROMENADES

  • HEYVAERT EN TRANSITION – Conférence Gesticulée de Raafat Majzoub (Moussem Nomadic Arts Centre)
  • MARCHÉ BILDY MARKT – Atelier d’Einat Tuchman (Espacetous)
  • POÉSIE SUR LE VIF – Promenade poétique de Miksi Bee et Fleur Wirtz (SpeakEasy)
  • MET-X, BRUiTAL & FANFAKIDS – Atelier et performance musicals de Jo Zanders et Vital Schraenen (Met-X – BRUiTAL)
  • MUSEUM OF UNWANTED PIANOS – Living Lab présenté par Barbara Drazkow​ska
  • ATELIER LEON – Living Lab presenté par Seppe Baeyens

CONCLUSIONS ET QUESTIONS À APPROFONDIR

  • Pour considérer Brussels2030 comme une expérience partagée et collective, l’événement devra renforcer ce qui a fait ses preuves et transformer ce qui doit être amélioré. Quelles plateformes et pratiques seront mises en place pour favoriser la collaboration et les synergies intersectorielles ? Comment faire en sorte que les gens se sentent interpellés ? Qu’ils soient réellement touchés, inspirés, émus par ce que Brussels2030 a préparé ? Comment se connecter au multivers de cultures qui façonnent Bruxelles ?
  • La création d’un langage et d’un espace communs – au-delà des murs des institutions culturelles – demande des moments pour « s’asseoir, discuter et écouter ». Y aura-t-il l’occasion de faire une pause, de réfléchir et de (re)considérer les plans et les approches ? Qui sera invité à ces conversations ?
  • Brussels2030 devra proposer une offre diversifiée, en alignement avec les différents besoins et attentes. Faites-en un événement festif, favorisant les connexions authentiques. Sortez dans les rues et les parcs, utilisez les places et les ronds-points ; sans enlever l’espace aux personnes qui l’utilisent déjà. Partez de ce qui fonctionne. Comment allez-vous trouver le moyen de coexister avec ce qui façonne déjà Bruxelles aujourd’hui ?
  • Brussels2030 devra reconnaître la dimension politique de l’art et de la culture, en allant au-delà de la pacification et de l’invisibilisation. Afin de préparer un événement inclusif ancré dans les droits culturels, le projet doit impliquer activement des publics sous-représentés et difficiles à atteindre. Comment est-ce que Brussels2030 fournira des espaces sûrs, une expertise et un soutien en accord avec les besoins et les aspirations des différents publics ?
  • L’utilisation des arts et d’autres pratiques socioculturelles pour favoriser les expériences partagées et construire l’ « habitat humain » urbain du futur exige une approche multi-scalaire et multi-niveau, impliquant les habitant·e·s des différents quartiers tout au long du processus.
  • Bruxelles est l’une des villes les plus polyglottes du monde. La politique linguistique sera une question clé pour Brussels2030, non seulement pour supprimer les barrières linguistiques, mais aussi pour mettre les langues minoritaires au premier plan. Comment allez-vous œuvrer à la pluralité et à l’inclusion linguistiques ?
  • Brussels2030 se veut être plus qu’un projet culturel. Il s’agit d’un projet urbain. L’un des défis sera d’équilibrer les niveaux de participation : comment les différentes parties peuvent-elles non seulement contribuer mais aussi codécider ? Comment les jeunes seront-ils impliqués dans la programmation, la planification, le processus de création et de production ?

Le troisième thème abordé était la question des transitions durables. Comment les organiser ? Comment impliquer les publics bruxellois et travailler simultanément à différentes échelles : celle de l’individu et du ménage, celle du quartier et de la commune, celle de la région et celle des institutions européennes et des instances gouvernementales ? Quel peut être le rôle des arts et de la culture pour guider ce processus ? Comment peuvent-ils collaborer avec les institutions de recherche et de planification ? Quel sera le rôle des technologies à cet égard ? De quelle manière le numérique et l’intelligence artificielle, ou des concepts tels que la « ville intelligente », peuvent-ils faire partie de la solution ?

CONFÉRENCIER·IÈRE·S

Jean-Philippe De Visscher (UCL), Annekatrien Verdickt (Architectuurplatform), Roeland Dudal (Architecture Workroom Brussels), Esra Tat (Zero Waste Europe), Dimitri Berliner (communa)

LABS, DISCOURS ET PROMENADES

  • STEENWEG – Promenade guidée et atelier de Jean-Philippe De Visscher (UCL/Brussels Studies Institute)
  • LE BRUXELLES DES SORCIÈRES: – Promenade féministe guidée par Chiara Tomalino (L’architecture qui dégenre)
  • L(A)GUM – Visite guidée par Léna De Brabandere et Francisco Davila (ULB)
  • LIEUX DU FUTURS À CUREGHEM – Promenade guidée par Brukselbinnenstebuiten
  • SUPER TERRAM – Promenade guidée par Nadia Casabella (ULB)
  • TURBULENCES DE BRUXELLES – Atelier de Raf Custers et Greet Brauwers
  • BRUSSELS OUTDOORS SCHOOL – Living Lab présenté par Mia Schmallenbach​ (BOS SCHOOLS)
  • LA SERRE – Living Lab présenté par Charlotte Bens (communa)
  • ENERGY COMMUNITIES – Living Lab présenté par Grégoire Wallenborn (ULB)
  • BAR TALK avec Alain Maron, Ministre du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargé de la Transition climatique, de l’Environnement, de l’Energie et de la Démocratie participative et Barbara Trachte, Secrétaire d’Etat à la Région de Bruxelles-Capitale, chargée de la Transition économique et de la Recherche scientifique, interviewé par Promo Jeunes

CONCLUSIONS ET QUESTIONS À APPROFONDIR

  • Les urgences en matière de durabilité ne sont pas propres à Bruxelles. Dans le monde entier, des villes sont confrontées à des défis et des crises similaires. En tant que Capitale européenne de la Culture, Bruxelles doit montrer l’exemple en œuvrant en faveur d’un événement respectueux de l’environnement, riche en diversité et inclusif, ainsi que solide sur le plan économique et éthique. Cela doit être fait de manière honnête et intelligente. Il faut s’appuyer sur des faits et des histoires réelles plutôt que sur des fantaisies. Cela exige des actions réfléchies visant un changement à long terme plutôt que des gains rapides.
  • Brussels2030 pourrait être le catalyseur d’une véritable transformation, si l’intention est de croiser une diversité de pratiques de transformation à petite échelle, en utilisant les arts et les pratiques culturelles pour alimenter des idées et des voix non conventionnelles et aller au-delà des logiques dominantes et des pratiques établies.
  • La transformation de l’environnement urbain d’une manière durable, socialement juste et écologiquement robuste exige une redistribution du pouvoir, du temps et des ressources. Brussels2030 doit permettre les rencontres et faciliter la prise d’initiatives, plutôt que de lancer de nouvelles activités et de nouveaux projets.
  • En ce qui concerne l’infrastructure bruxelloise, il est nécessaire de repenser les usages existants et de récupérer les espaces publics comme un bien commun permettant à des personnes d’horizons divers de réinventer l’environnement urbain dans un espace partagé.
  • Nous devrions arrêter de construire et de déconstruire et commencer à travailler avec l’infrastructure existante. Les rénovations et transformations d’infrastructures doivent donner la priorité à l’établissement d’espaces à usage mixte et valoriser les avantages sociaux plutôt qu’économiques.
  • Brussels2030 devrait faciliter la création de coalitions à différentes échelles. Les arts et les pratiques culturelles sont un excellent moyen d’y parvenir, en permettant aux gens de s’engager avec l’altérité, de s’asseoir, d’écouter et d’apprendre les uns des autres. Elles peuvent être utilisées comme des pratiques agentiques, façonnant des environnements où des futurs plus désirables peuvent être préparés.
  • Brussels2030 doit encourager les initiatives qui permettent aux Bruxellois·es de remodeler leur environnement immédiat en récupérant la rue comme un laboratoire de prospective. Une diversité de modalités de participation devrait être fournie, permettant aux gens de prendre part selon leurs capacités et leurs aspirations.

La quatrième session introductive a abordé la question de la participation. Comment mobiliser les publics bruxellois autour d’un projet urbain partagé, compte tenu de sa diversité, de ses fragmentations sociales, économiques et territoriales ? Comment la ville peut-elle être coproduite par ses citoyens ? Comment la société civile peut-elle trouver des moyens de surmonter sa segmentation et créer des plateformes de coopération ? Comment prévoir des espaces pour s’unifier dans la diversité ? Les communs urbains sont-ils un levier approprié pour cette mobilisation ? Comment préparer des coalitions et des conventions citoyennes solides ?

CONFÉRENCIER·IÈRE·S

Nicola da Schio (VUB), Liselotte Vanheukelom (Jeugd en Stad Brussel), Fatima Zibouh (Aula Magna), Bram Dewolfs (Academy for Urban Action), Ibrahim Emsallak (Flemish Boxing League and Training School)

LABS, DISCOURS ET PROMENADES

  • BRUSSELS OPEN LIVING LAB – Atelier de Joke Den Haese (EhB)
  • IMPLICATION DES JEUNES DANS BRUSSELS 2030 – Atelier de Anne Deltour (Orfeo)
  • À BXL, LES JEUNES FONT LA VILLE ! – Promenade guidée par Wies Moriau (Jes vzw)
  • DES QUARTIERS SOLIDAIRES ET DURABLES – Promenade guidée par Liesje, Anna en Roeland (Atelier Groot Eiland)
  • COCREER UN PARC IMAGINAIRE – Atelier de Ciska Vandendriessche (Park Belle Vedere)
  • RECUEILLIR DES AVENIR(S) DESIRABLE(S) – Atelier de Fiora Noël et Marie-Ange Dubreuil (Strategic Design Scenarios)
  • CITE DE LA JEUNESSE – Living Lab présenté par Eve Hanson (Promo Jeunes)
  • ACADEMY FOR URBAN ACTION – Living Lab présenté par Bram Dewolfs (Urban Foxes)
  • BAR TALK avec Elke Van den Brandt, Ministre du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargée de la Mobilité, des Travaux publics et de la Sécurité routière, interviewé par Promo Jeunes

CONCLUSIONS ET QUESTIONS À APPROFONDIR

  • Les projets participatifs doivent s’appuyer sur des approches fondées sur des données probantes, sur une coordination favorable, sur la confiance et sur des environnements favorisant l’autonomie. Ils doivent également permettre la prise de risque et l’échec, et offrir des lieux sûrs et des espaces de renfort. Le temps est crucial. Les gens doivent pouvoir apprendre à se connaître et à formuler des objectifs communs. Brussels2030 doit prendre en compte ces dimensions et travailler à travers/avec elles de manière réfléchie.
  • La collaboration intergénérationnelle et interculturelle génère des dynamiques et des résultats intéressants. Elle permet d’aborder les défis urbains sous des angles différents et de confronter des expériences et des aspirations diverses. Mais travailler dans la diversité s’accompagne aussi – inévitablement – de tensions et de désordre. Est-ce que Brussels2030 permettra la vulnérabilité et l’expérimentation ?
  • Les méthodologies du Living Lab constituent une approche intéressante pour stimuler la (ré)imagination urbaine, car la configuration expérimentale encourage les participant·e·s à penser et agir au-delà du statu quo. Pour être vraiment significatifs et bénéfiques, les Living Labs doivent être organisés sur la base de stratégies à long terme et d’infrastructures bien dotées en ressources. Quel type de soutien et de ressources sera fourni par Brussels2030 pendant la phase préparatoire pendant l’année du titre et après ?
  • Brussels2030 doit être aussi co-créative et inclusive que possible. Cela signifie que les processus ne doivent pas reposer uniquement sur l’implication des représentant·e·s clés et des institutions établies. Les citoyen·ne·s et les associations de la société civile doivent être considérés comme des acteur·trice·s clés. L’accent doit être mis sur les jeunes, les femmes, les populations marginalisées et les acteur·trice·s du quartier. De quelle manière les initiatives ascendantes seront-elles encouragées et soutenues ? Comment la participation au projet sera-t-elle reconnue ? 
  • Un projet urbain doit faire le lien entre les initiatives ascendantes et les dynamiques au niveau politique. Comment cela sera-t-il assuré ? Comment les initiatives et les dynamiques existantes seront-elles traduites en instruments et contenus politiques ? Quelles méthodes et initiatives seront mises en place pour permettre aux jeunes de prendre part à ce processus, favorisant ainsi une ré-imagination de Bruxelles par les jeunes et orientée vers les jeunes ?
  • Brussels2030 offre un moment unique pour alimenter des contre-récits sur Bruxelles. Une chance d’apporter un éclairage plus nuancé et positif sur Bruxelles et ses habitant·e·s. Une chance de raconter une histoire courageuse. Une histoire qui va à contre-courant de la montée des nationalismes, de la « bubblification », de la polarisation et des difficultés.

Le dernier thème abordait la question de savoir comment définir et articuler l’identité bruxelloise. Si c’est bien la diversité de Bruxelles qui fait son unicité, n’est-il pas nécessaire d’adapter le récit bicommunautaire en un récit cosmopolite ? Comment pouvons-nous dépasser la notion de super-diversité et mieux articuler et comprendre l’écologie hybride de Bruxelles ? Comment pouvons-nous créer une urbanité commune en nous appuyant sur ces nouveaux récits ? Comment pouvons-nous inspirer une imagination collective ? Comment un nouveau nous peut-il trouver son chemin dans les chansons, les images et les objets pour que Bruxelles reste la capitale européenne de la culture longtemps après 2030 ? Quel sera l’héritage de Brussels2030 en termes de résilience, de cohésion sociale et de collaborations ? Comment le projet perdurera-t-il en termes d’infrastructures et de pratiques culturelles et artistiques ?

CONFÉRENCIER·IÈRE·S

Caroline Kadziola (Mons2015), Joke Quintens  (WEtopia), Maya Van Leemput (Open Time – Erasmushogeschool), Camille Kervella  (l’architecture qui dégenre), Laura Nsengiyumva (KASK)

LABS, DISCOURS ET PROMENADES

  • FUTURS SPÉCULATIFS POUR BRUXELLES – Ateliers de Maya Van Leemput et Eva De Smedt (OpenTime – EhB)
  • MOINS DE MURS, PLUS DE PONTS – Promenade guidée et fresque murale participative de Nanouk Vets et Silvia Alba (The City is our Playground)
  • LA CITOYENNETE URBAINE EN PRATIQUE – Atelier de Vanessa Vanfraeyenhoven et Aline Dusabe (Citizenne)
  • L’ASSEMBLEE DU TEMPS LONG – Atelier de Benoît Verhulst (Missions Publiques)
  • CARTOGRAPHIE D’UNE VILLE VIVANTE – Promenade guidée par et atelier de Jolein Bergers (KUL/BRAL)
  • BRUSSELS, CITY OF STORIES – Exposition de WEtopia – this is US
  • 20:30 BRUXSELS TALKS – Living Lab présenté par Ellen Anthoni et Khushboo Balwani (BrusselAVenir)
  • COMPASSIONATE COMMUNITIES – Living Lab présenté par Hanne Bakelants et Sarah Dury (VUB)
  • BAR TALK avec Sven Gatz, Ministre du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargé des Finances, du Budget, de la Fonction publique, de la Promotion du Multilinguisme et de l’Image de Bruxelles interviewé par Promo Jeunes

CONCLUSIONS ET QUESTIONS À APPROFONDIR

  • Brussels2030 doit s’appuyer sur les expériences des autres Capitales européennes de la culture. Le recul aidera à formuler des objectifs réalistes et à façonner une structure qui contribuera à faire de Brussels2030 un événement réussi.
  • Il convient de définir clairement l’impact recherché par Brussels2030 à court et à long terme, ainsi que la manière dont son patrimoine sera cartographié et évalué. Qui sera impliqué dans cette démarche ? Quels indicateurs et quelles méthodes seront utilisées ?
  • Si Brussels2030 vise à être un projet urbain inclusif, il devra permettre et apprécier de nombreuses interventions et initiatives à petite échelle fonctionnant les unes à côté des autres. Comment seront-elles soutenues et rendues visibles ?
  • Brussels2030 offre une occasion unique de contextualiser des histoires problématiques, de déconstruire des récits dépassés et de façonner de nouveaux imaginaires qui inspirent un avenir plus souhaitable pour Bruxelles, uniquement si les groupes sous-représentés et les voix qui sont marginalisées sont véritablement impliqués et pris en compte.
  • Brussels2030 ne doit pas seulement s’appuyer sur des idées mais aussi sur des actions concrètes, des initiatives qui permettent aux gens de tester des solutions alternatives, d’expérimenter une variété de contextes en s’appuyant sur l’apprentissage par la pratique.
  • Viser la création d’une collectivité ne signifie pas que tout le monde doive contribuer à un seul grand résultat ou résultat final. Brussels2030 doit permettre la divergence, la différence, la contestation même. Compte tenu de l’état des choses dans le monde, les gens doutent, manquent d’espoir et de confiance. Il convient de le reconnaître et d’y travailler.
  • Bruxelles a une population très dynamique, fluide et volatile. Cela doit se refléter dans Brussels2030. Comment les résidents temporaires, les nomades numériques et les passagers occasionnels auront-ils la possibilité de s’impliquer ?
Brussels2030 Summer Assembly – synthèse des réflexions finales (crédits: Fennabee)

LES PARTICIPANT·E·S DE LA SUMMER ASSEMBLY 

ont eu l’opportunité de …

  • contribuer au programme de la Brussels2030 Summer Assembly
  • participer à une variété de débats, de visites de sites et de labs de créations collaboratives
  • partager leur expertise et mobiliser leurs réseaux afin d’inspirer la candidature de Bruxelles
  • co-concevoir l’agenda, les méthodologies et les initiatives qui façonneront Brussels2030
  • développer des partenariats et des initiatives qui aident à préparer un Bruxelles (plus) désirable
  • formuler des points d’amélioration pour la prochaine Summer Assembly

POUR LA PROCHAINE SUMMER ASSEMBLY 

nous devons GARDER …

  • l’atmosphère cordiale, chaleureuse et dynamique
  • le programme riche, diversifié, pertinent et cohérent
  • la diversité des organisations / partenaires impliqués
  • l’ambition de travailler à des résultats concrets
  • l’intention de cocréer la candidature de Brussels2030

nous devons AMÉLIORER …

  • la visibilité et l’accessibilité de la Summer Assembly
  • davantage de contributions artistiques et de pollinisation croisée entre l’art et la science
  • davantage d’initiatives axées sur et orientées vers les jeunes
  • une équipe de production, une programmation et un public plus diversifiés
  • plus d’espace pour les initiatives spontanées et les rencontres informelles
  • Programme de Brussels2030 Summer Assembly – edition 2022
  • Aftermovie réalisé par des jeunes de la Maison des Cultures et de la Cohésion Sociale à Molenbeek – partie 1 / partie 2
  • Film et montage audio réalisés par Strategic Design Scenarios – recueillir l’avis des citoyens sur Brussels2030
  • Présentation du discours ‘Bruxelles, métaphore de quelle Europe’ – Benjamin Wayens (ULB)
  • Présentation du discours ‘Meeting at the crossroad’ – Annabelle Van Nieuwenhuyse (CineMaximilliaan)
  • Podcast discours et débat ‘Brussels, radioscopie d’une ville unique’ – 03.07.22
  • Martial Arts Living Lab présentation – Hebe Schaillée (VUB)
  • Solidary Mobile Housing Living Lab présentation – Aurelie De Smet (KUL)
  • Bruxelles Nous Appartient Living Lab présentation – Séverine Janssen (BBOT-BNA)
  • Présentation du discours ‘Acting against bubblification’ – Cathy Min Jung (Le Rideau)
  • Présentation du discours ‘From branding to bonding’ – Tom Bonte (Ancienne Belgique)
  • Podcast du discours et débat ‘Arts et culture comme leviers pour fabriquer la ville’ – 03.07.22
  • Atelier LEON Living Lab présentation – Seppe Baeyens
  • Museum of Unwanted Pianos Living Lab présentation – Barbara Drazkowska
  • Présentation du discours ‘De straat als laboratorium’ – Annekatrien Verdickt (Architectuurplatform)
  • Présentation du discours ‘Exploring metropolitan ground floors’ – Jean-Philippe De Visscher (UCL)
  • Podcast du discours et débat ‘Transitions durables, la grande rénovation’ – 04.07.22
  • Energy Communities Living Lab présentation – Grégoire Wallenborn (ULB)
  • La Serre Living Lab présentation – Charlotte Bens (communa)
  • Brussels Outdoors School Living Lab présentation – Mia Schmallenbach​ (BOS SCHOOLS)
  • Speculative Futures Montage Audio – Ruby Bernabeu-Plous (BNA-BBOT)
  • Speculative Futures Film – Leila Alice (Plein de Jeu)
  • Présentation du discours ‘Jongeren en Brusselse Bravoure’ – Liselotte Vanheukelom (vzw JES Brussel)
  • Présentation du discours ‘On the virtues of Citizens Science’ – Nicola Da Schio (VUB)
  • Podcast du discours et débat ‘Coproduire la ville, mobiliser la population’ – 05.07.22
  • Émission de radio 20:30 Bruxels Talks (BrusselAVenir)
  • Cité de la Jeunesse Living Lab présentation – Eve Hanson (Promo Jeunes)
  • Academy for Urban Action présentation – Bram Dewolfs
  • Présentation du discours  ‘This is US – shaping a new WE’ – Joke Quintens (WEtopia)
  • Présentation du discours ‘From heritage to future ambitions’ – Caroline Kadziola (KANAL)
  • Podcast du discours et débat ‘Re-imaginer Bruxelles : conter une autre histoire’ – 05.07.22
  • 20:30 Bruxels Talks Living Lab présentation – Ellen Anthoni et Khushboo Balwani (BrusselAVenir)
  • Compassionate Communities Living Lab présentation – Hanne Bakelants et Sarah Dury (VUB)

where to land
hoe te landen
où atterrir

La question de savoir ce qui pourrait et devrait être attendu de Bruxelles en tant que Capitale européenne de la culture en 2030 a traversé les diverses conversations et activités qui ont eu lieu pendant la Summer Assembly. Que voulons-nous accomplir avec cet événement à court, moyen et long terme ? Quel sera l’impact de l’événement sur les Bruxellois·es, ses infrastructures et ses pratiques culturelles et artistiques ? Quel sera l’héritage de Brussels2030 ? Bruxelles étant une ville complexe, caractérisée par des paradoxes et des contradictions, la candidature de Brussels2030 doit non seulement être préparée longtemps à l’avance, mais elle doit également reposer sur des choix réfléchis, en pesant les risques et en examinant soigneusement ses limites. Au cours de la Summer Assembly, un certain nombre d’attentes et de suggestions communes ont émergé. Elles peuvent être résumées en quatre grands axes qui devront être approfondis dans les mois à venir :

Une transformation ciblée s’appuyant sur ce qui fonctionne

Une première considération exprime la nécessité de cartographier soigneusement les infrastructures existantes, les dynamiques spatiales, les pratiques artistiques, les organisations et expressions culturelles qui façonnent Bruxelles aujourd’hui et de commencer à construire la candidature de Bruxelles comme Capitale européenne de la Culture à partir de là. Le projet Brussels2030 devrait renforcer ce qui a fait ses preuves et transformer ce qui doit être amélioré.

Renforcer les liens, les collaborations et les synergies

Une deuxième idée qui a traversé la Summer Assembly est la nécessité d’une collaboration plus intersectorielle, guidée par des ambitions transversales et s’appuyant sur des pratiques véritablement inclusives. Il a été souligné que la diversité de Bruxelles doit se refléter dans une candidature qui mobilise la culture et les arts comme des environnements de connexion dans le but de renforcer les liens existants et de préparer de nouvelles synergies.

Promouvoir une véritable participation

Un troisième thème était la question de savoir comment créer les conditions permettant une véritable participation. Quelles méthodes seront appliquées ? Quels sont les outils à mobiliser ? Comment faire en sorte que les citoyen·ne·s bruxellois·es, la société civile et les associations retrouvent la confiance ? Comment créer une plateforme qui permette à la fois l’auto-organisation et la prise de risque ?

L’art et la culture comme levier du droit à la ville Une quatrième question – émergeant des trois précédentes – concernait la question de savoir si et comment la culture et les arts peuvent être utilisés comme levier pour le droit à la ville. Comment un projet culturel peut-il renforcer l’inclusion ? Permettra-t-il à tous les Bruxellois·es de contribuer à la vie urbaine et d’en bénéficier ?

Ce rapport résume les conclusions et questions principales qui ont émergé au cours de l’événement. Elles feront l’objet d’un suivi plus approfondi dans les mois à venir.

Restez au courant ↯
Abonnez-vous

En cliquant sur envoyer, vous acceptez de partager votre adresse e-mail avec Brussels 2030 et Mailchimp pour recevoir des mises à jour et d’autres e-mails de Brussels 2030. Utilisez le lien de désinscription dans ces courriels pour vous désengager à tout moment.

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close